ENTRER EN CARÊME

 

Quarante jours.

Avant de commencer sa prédication.  Jésus fait une longue retraite.

N’est-ce pas  ce que nous sommes invités à faire

pour vivre pleinement ce temps de quarante jours

où Dieu nous tend la main ?

 

Entrer en Carême,

c’est ouvrir sa porte et réapprendre à bouger, se déplacer, à vivre,

c’est refuser de rester figé sur ses positions,

ses dogmes ou ses certitudes absolues.

 

Entrer en Carême,

c’est aussi changer de cap.

Mettre le cap sur Dieu en se laissant déranger

par les coutumes des autres, leurs idées, leurs  habitudes, leurs langues,

se laisser surprendre par la musique de l’autre

qui dit un autre rythme, un autre temps, une autre chanson.

 

Entrer en Carême,

 c’est se mettre à l’écoute de la Parole, celle qui,

 au milieu des bavardages, nous touche au cœur

 et nous arrache non une larme, un billet de banque, un chèque,

mais un geste de pardon, d’amour ou de paix.

 

 

Entrer en carême,

c’est se mettre à l’écoute de la réussite de Dieu,

 celle qui accepte la blessure, celle qui ne profite pas de l’échec du faible,

celle qui n’exploite pas la naïveté ou la sueur du faible.

 

Entrer en carême,

c’est se mettre à l’écoute de

l’Amour de Dieu,

pas un amour maquignon qui ne tient compte

 que du tour de taille, de la beauté des yeux ou du regard,

 

un Amour

qui vous apprend à lire autrement,

 à parler, à partager autrement.